(Source : Oshukaï France – www.oshukai.fr)

Karaté Shorin Ryu   ⊥   Origines du Karaté  ⊥  L’entrainement spécifique  ⊥  Les katas du Shorin-Ryu

LE KARATE SHORIN RYU

Sensei Kenyu Chinen
Sensei Kenyu Chinen

Le Karaté SHORIN RYU d’Okinawa provient du courant SHURI-TE développé par Maître Sokon MATSUMURA. SHORIN RYU est la prononciation okinawaïenne du terme chinois Shaolin qui signifie la petite forêt. Preuve s’il en était de l’influence chinoise sur l’évolution du Tode. L’héritage du Shaolin Quan y est donc présent, caractérisé par sa mobilité, incluant des sauts.
La spécificité du Shorin Ryu est la finesse des blocages. Cela met en évidence la supériorité d’une bonne technique sur la force physique. Lorsque l’on atteint un bon niveau technique la taille n’a plus d’importance.

PUISSANCE

L’acquisition de la puissance est plus difficile dans le Karaté Shorin Ryu que dans d’autres styles. En privilégiant des mouvements courts, la possibilité de mettre de la puissance dans les coups semble lointaine. Pourtant par un travail régulier, inscrit dans le temps, il est possible d’acquérir des techniques efficaces. Maître Katsuya MIYAHIRA explique que la distance de combat dont il faut approfondir la maîtrise, est celle de la longueur d’une phalange (“ishun”) ; c’est assez pour développer un “Kime” dévastateur.

EFFICACITE

L’acquisition de l’efficacité passe par un travail approfondi des katas. Dans le style Shorin Ryu on débute l’étude du Karaté par les katas NAIHANSHI. Ces derniers permettent de fortifier le corps du pratiquant, et de développer la puissance sur des mouvements courts.

RESPIRATION

Le rôle de la respiration est primordial. Maître MIYAHIRA enseigne que la technique de respiration doit être naturelle. En inspirant, nous manquons de force, et c’est juste avant la fin de l’expiration que nous pouvons obtenir de la force. Il est essentiel de respirer naturellement pour que l’adversaire ne puisse pas capter le rythme de notre respiration.
En Shorin Ryu le travail doit se faire de l’intérieur vers l’extérieur.

PRINCIPE SHIN GI TAI

Ce principe nous enseigne qu’il ne faut pas privilégier l’un ou l’autre des 3 aspects de la pratique, mais qu’il faut les travailler et les améliorer ensemble pour avoir une pratique complète et équilibrée.

Les 3 aspects sont:

  • SHIN  (esprit)
  • GI (technique)
  • TAI (corps)

Les techniques de travail traditionnelles du Karaté Shorin Ryu développent les qualités de force, stabilité, précision et rapidité. Ce qui donne au karatéka l’assurance d’une progression continue et harmonieuse du corps et de l’esprit.
Le travail avec les partenaires a aussi toute son importance. Il n’est possible de progresser que si l’on s’intéresse sincèrement au travail de ses partenaires, et que l’on met toute son énergie au service de leur progression.
Le Karaté Shorin Ryu met à la disposition du pratiquant une gamme très étendue de types de travail, adaptés au niveau de chacun et lui permettant de progresser de façon durable jusqu’à un haut niveau.

            
Maître CHINEN Kenyu exécutant des mouvements du kata Naihanchi Shodan
Fermer le menu